En Octobre 1971 Marina Yachting Center fut fondée au sein de la Société de matériaux de construction Royaux, dans un des hangars située Pathoekeweg 34 à Bruges.  

Le début est difficile.  Le premier bateau vendu est un 470, vendu à la famille Kant, encore et toujours régatiers de voile aujourd’hui.

Philippe a commencé avec la vente des dériveurs comme le 420, 470 ou des petits bateaux moteur des marques Tabur et Rio avec les moteurs Johnson hors-bord, qui venaient de l’usine OMC (Outboard Motor Company).  Cette usine OMC était située dans la même rue que Marina Yachting Center.
En 1972 la planche à voile fait son entrée.  Au Braakman, près de Terneuzen, Philippe Royaux régatait en classe Spanker.  Avoir lu une brochure de planche à voile, il contacte Martin Spanjer de Ten Cate.  Ils avaient repris l’importation du ‘WINDSURFER’ pour promouvoir leur voiles pour les voiliers.

Notre entreprise lance la planche à voile avec des démonstration à Ostende sur le Spuikom, derrière notre entreprise actuelle, à Hombeek et même à Mol, où l’eau était toujours chaude, grace à la centrale nucléaire.
La planche à voile connaissait beaucoup de succès dans le monde nautique.  Armand Lams, le directeur du Bloso, voyait la planche à voile comme la démocratisation de la navigation de plaisance.  Sur presque chaque lac on navigait avec des planches à voile.  La fédération LWF était crée et en moins de deux saisons, 20.000 membres Belges s’étaient inscrit.

Le succès était immense et le sport se diversifiait vers le ‘funboard’.  L’évolution très rapide des planches fun signifiait la fin pour beaucoup de planchistes récréatifs.  Beaucoup de planches se trouvent encore dans le garages actuellement.

 
En 1974 nous avons débuté comme importateur Dufour, à cette époque le premier chantier à lançer des quillards en grande série, avec des bateaux connus comme l’ Arpège et plus tard les Dufours 31 et 35.  Dufour avait été repris par le Baron Bich, oui, celui des stylo’s. Son but était d’utiliser la connaissance technique et industrielle du chantier pour participer à la Coupe América.  Une grande partie de l'équipage étaient des employés du chantier Dufour ont navigué à bord du France 1, 2 et plus tard 3.  Malheureusement sans trop de succès. 

Après quelques reprises, Dufour a fait faillite en 1983. Le syndicat communiste CGT avait repris le chantier,  le coup de grâce pour Dufour.


 
Le 24 décembre 1981, il y a presque 37 ans, notre entreprise a été victime d’une explosion.  Heureusement pas de blessés ou de morts, mais tout était détruit.  Grace à notre personel l’hangar a été deblayé et refermé.  Il a fallu 3 ans pour construire le nouveau bâtiment,  le showroom actuel.

En janvier 1982, une semaine après l’explosion, Dufour nous a interpellé. Nos avions cessé en 1981 l’importation des planches à voiles ‘Ten Cate’ au profit de celles de Dufour.  Mais Baron Bic avait juste alors décidé de reprendre le département planche à voile dans son empire et de distribuer les planches par le biais de l’organisation BIC.  Après ce KO, nous avons malgré tout pu continuer, grâce aussi à la bataille judiciaire contre Bic, menée par Thierry, avocat et ami de Philippe. Une victoire style Trafalgar, dont ils se souviennent toujours.

 
Après l’explosion, la rupture de contrat avec Bic et la faillite de Dufour, on avait perdu 90% de nos fournisseurs.  Après quelques années maigres, avec l’importation de marques secondaires de voiliers et planches à voile, les choses ne s’arrangaient pas.

En 1984 nous avons inauguré le nouveau showroom à Ostende, mais on avait très peu de produits à présenter.
En 1986 Philippe a racheté le stock des planches Browning, 300 au total, car ils ne voyaients plus de futur dans le business de la planche.  A terme cela s’est avéré exact.




 
30 ans de vente de voiliers et bateaux à moteur JEANNEAU

C’est au mois de novembre ’86 que Philippe  reçoit un coup de fil de monsieur Massag, importateur JEANNEAU pour l'Allemagne et ancien collègue revendeur Dufour. Il annonce alors que Jeanneau était disponible en Belgique suite à la faillite de l’importateur. Fin décembre nous accueillons les directeurs d'exportation JEANNEAU.
 
Ils précisent que Jeanneau vend surtout des voiliers de 35’ à 44’ ce qui a effrayé Philippe car jusqu’à ce jour nous n’avions vendu que des voiliers de 27’ à 35’. Une semaine après un accord est conclu et nous prenons le large à bord du navire Jeanneau. La première année, nous vendons en plus des Sun Light 30 et Attalia 32, des Sun Rise 34, Sun Shine 38 et même un Sun Légende 41.
 L’ère Jeanneau était bien partie, mais Jeanneau venait d’être repris aux américains par une RER, reprise de l’entreprise par les salariés. Une aventure courageuse, mais le monde des affaires est très dur, il faut du capital. C’est en ’91 que Mr. Chatelier reprend la barre du navire en difficulté.
 
Suivent des années difficiles attribuables entre autre au caractère difficile de Mr. Chatelier.
 
En dépit de cette atmosphère l’équipe Jeanneau construit quelques voiliers légendaires comme le Sun Fast 36.
 
Suite à la mégalomanie de Mr. Chatelier le chantier Jeanneau fait faillite en ’94. Après une période très tendue Bénéteau, le concurrent éternel, reprend Jeanneau
 
Après coup nous étions très heureux de voir que l’équipe Jeanneau avait pu conserver son caractère particulier, ce qui a permis la création de voiliers  Jeanneau superbes, comme le Sun Odyssey 45 et 52. 
  
Au début des années 2000 Jeanneau décide, à l‘instigation de Jean-François de Prémorel, de mettre sur le marché non seulement un grand voilier, le JEANNEAU Sun Odyssey 54 DS, mais aussi une gamme de vedettes PRESTIGE de 30 ‘ et plus. Tous ces bateaux sont dessinés par la main de maître du professeur Vittorio Garonni! 
 
Jeanneau vendait jusqu’à cette date uniquement des bateaux à moteur en France. Sous la direction de Mr Denis un réseau Jeanneau moteur c’est déployé dans le monde entier avec succès. Aujourd’hui plus de 70% des ventes de bateaux à moteur Jeanneau sont destinées à l’exportation.

 
Pour conclure, les 30 années d’importation des bateaux Jeanneau ont été un vrai plaisir. L’équipe Jeanneau sont des gens de la Vendée, travailleurs et sérieux comme les gens de la Flandres Occidentale (pourquoi pas). Leur rigidité en affaires est parfois difficile à avaler en temps que vendeur, mais vu par après on apprécie.
 
 Ils sont conscients qu’il faut construire des bateaux de qualité et sont toujours à l’écoute des remarques de clients, d’ailleurs la satisfaction du client est primordiale chez Jeanneau. L’équipe du Service Après Vente, dirigée par Xavier Serra, garantie cette satisfaction à merveille. Nous sommes fier de pouvoir vous dire que nous avons le meilleur SAV du monde de la plaisance avec la collaboration d’ un réseau d’agents sérieux.
 
Magali, la fille de Philippe, a fait un stage chez Jeanneau pour sa dernière année d’études de marketing.
En 2013 un hangar est acquis dans le quartier du 'Oosteroever', car il nous manquait de l'espace pour hiverner les bateaux.  Le bâtiment a été adapté avec des portes plus hautes, un nouveau toit et un nouveau sol grâce à l'entreprise Royaux isolatiechape.   Des bers et supports additionnels ont été achetés, afin de permettre l’hivernage de  50 bateaux.

En 2015 le Chantier Fountaine Pajot nous a contacté pour demander si Philippe était disposé à ajouter un nouveau produit à son portefeuille: Fountaine Pajot Catamarans.  Après quelques réunions nous avons accepté le rôle d’ importateur exclusif pour la Belgique et le Luxembourg.  Le marché du catamaran est en forte croissance et le public Belge commence à apprécier les avantages.

En novembre 2018 notre collègue Patrick Coene a pris sa retraîte bien méritée après 41,5 ans de service loyal.  Nous lui souhaitons une agréable retraite.